L’Affaire PEGASUS
5480
post-template-default,single,single-post,postid-5480,single-format-standard,theme-bridge,bridge-core-2.1.1,woocommerce-no-js,rtwpvs,rtwpvs-squared,rtwpvs-attribute-behavior-blur,rtwpvs-tooltip,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,columns-3,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-19.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive

L’Affaire PEGASUS

L’Affaire PEGASUS ; feuilleton de l’été ou vrai drame géopolitique ?

PEGASUS, l’Affaire PEGASUS. Vous avez entendu ces mots récemment ?

C’est la preuve que vous regardez les informations. Une affaire d‘espionnage impliquant divers Etats.

Si vous n’en avez jamais entendu parler, voici un résumé de l’affaire.

I) PEGASUS, qu’est-ce que c’est ?

Pegasus est un logiciel, conçu et vendu par une société israélienne : NSO Group.

Son rôle est d’infecter les smartphones, peu importe le modèle en question. Et de le faire à l’insu de la personne visée. Il peut donc être installé à distance, sans avoir besoin de la vieille technique du lien malveillant. Toutes les données du smartphone sont absorbées, ce qui inclut les messages chiffrés. Whatsapp et autres sont impuissants devant PEGASUS.

Evidemment, s’il n’y avait pas de failles de sécurité, PEGASUS ne fonctionnerait pas aussi facilement. Google et les autres doivent se poser de sérieuses questions.

Vous l’aurez compris à ce stade : PEGASUS ne fonctionne pas dans un cadre légal.

II) Est-il en vente libre ?

Non.

Seuls des États et des agences gouvernementales peuvent y avoir accès.55 pays l’auraient acheté depuis sa création.

Précision importante : l’aval du gouvernement israélien est nécessaire.

III) Qui l’a utilisé ?

En europe, la Hongrie est sur le banc des accusés.

Hors d’Europe, nous avons le panel suivant : Mexique, Inde, Maroc, Indonésie, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis, Kazakhstan, Azerbaïdjan, Togo et Rwanda,

La palme du nombre de citoyens mis sur écoute revient au Mexique, avec 15 000 numéros.

IV) Quelles sont les cibles ?

Comme tout bon logiciel de surveillance, PEGASUS ne discrimine pas ses victimes. Tout le monde peut y passer, de la presse aux oppositions politiques en passant par les entreprises.

En l’espèce, les journalistes sont, proportionnellement, les victimes principales de PEGASUS.

V) Des français dans le lot ?

Oui.

Sur les 10 000 numéros mis sur écoute par le Maroc, on trouve un millier de numéros appartenant à des français.

La liste couvre des journalistes, des avocat, des personnalités religieuses, des athlètes, des youtubeurs…et des politiques !

Parmi ces derniers, le Président de la République, lui-même est concerné.

Pour les journalistes, une trentaine de quotidiens variés, quelque uns sont célèbres comme Éric Zemmour du Figaro ou Edwy Plenel, fondateur de Mediapart. Les ambitions politiques du premier et l’engagement du second en faveur du Rif, à savoir de l’indépendance du Sahara-occidental, justifient-ils leur présence ?

sohest-securite

VI) Qui a révélé l’affaire?

Il s’agit d’une plate-forme journalistique du nom de Forbidden Stories, fondée en 2017 ; en association avec 17 autres médias, faut-il le préciser.

50 000 numéros de téléphones ciblés ont été révélés. Plus de 80 journalistes ont été mobilisés. Amnesty International et le Citizen Lab ont prêté main-forte.

La possibilité que PEGASUS ait conduit à divers meurtres dans différents pays fait partie des résultats de leur enquête.

VII) Quelles seront les conséquences ?

Diplomatiquement, les choses ne devraient pas dégénérer. Après tout, quel gouvernement n’est pas impliqué, d’une manière ou d’une autre dans une affaire d’espionnage ?

Pour NSO, la situation est différente ; l’entreprise clame sa bonne foi et promet de durcir ses critères de vente.

sohest-cyber-securite
No Comments

Post A Comment